capture-mains-joconde
Voir toutes les actualités

Les six thèmes de l'exposition

La Joconde, exposition immersive

L'exposition se découpe en plusieurs chapitres qui racontent les histoires, les intrigues, la contemporanéité et le processus qui ont fait de cette peinture, l’icône qu’elle est devenue.

 

Six thèmes pour comprendre La Joconde

rond-violet_0
    

L’origine du mythe

Né à Vinci en 1452, Léonard se forme à Florence, la grande capitale des arts. A 30 ans, il s’installe à Milan où il s’impose comme le plus grand maître de son temps, en peignant la Cène. En 1500, il revient à Florence où il rencontre Lisa Gherardini, l’épouse de Francesco del Giocondo, un riche marchand de soie. Il commence le portrait de Monna Lisa (c’est-à-dire Madame Lisa) qu’on appelle aussi « la Gioconda », en français « la Joconde », féminisation du nom de son mari.

Ce tableau devient un défi pour Léonard qui veut donner une impression de vie à Monna Lisa. Commencé à Florence au moins dès 1503, le portrait fascine ses contemporains mais reste toujours inachevé à sa mort en France en 1519. La Joconde devient le testament artistique mais aussi scientifique de Léonard de Vinci.

Le roi François Ier l’achète pour une somme considérable et la place au château de Fontainebleau. Au 17e siècle, Louis XIV l’installe à Versailles. Le tableau est transféré au musée du Louvre à la Révolution française. Au 19e siècle, il est exposé dans la salle des chefs-d’œuvre, le Salon Carré, et depuis 1966 dans la Salle des Etats.

  
rond-vert_1
    

Un portrait vivant

Au cours de la Renaissance, aux 15 et 16e siècles, le genre du portrait se développe et se renouvèle considérablement. Le portrait doit reproduire fidèlement les traits du visage. Il sert aussi à révéler le statut social du personnage et ses convictions, par sa tenue, son attitude ou un objet.

Le portrait de Monna Lisa a peut-être été commandé par Francesco del Giocondo, son mari, pour célébrer sa beauté et sa vertu, tout comme son statut de femme de riche marchand de soie.

Mais Léonard de Vinci donne encore plus d’ambition à son portrait : il veut faire vivre Monna Lisa, en créant l’illusion de ressentir sa présence physique et d’approcher ses pensées.

rond-violet_0
    

Sous observation

La Joconde est peinte sur un panneau de bois très fragile car sensible aux variations de température et d’humidité. Cela explique sa conservation dans une vitrine climatisée et sécurisée. Chaque année, conservateurs, restaurateurs et scientifiques contrôlent également son état par des examens visuels et de l’imagerie de laboratoire très sophistiquée.

Ces analyses permettent de connaître tous les détails de la peinture, comme la zone brune informe, juste au-dessus du parapet à droite, qui est une partie encore inachevée du tableau.

On comprend mieux aussi la technique picturale virtuose de Léonard de Vinci, et notamment son célèbre effet de « sfumato », c’est-à-dire d’estompage des contours et de fusion de l’ombre et de la lumière, qui donne l’impression de vie à Monna Lisa.


 
rond-bleu_0
     

Obsession Joconde

Du vivant même de Léonard de Vinci, la Joconde est admirée par ses contemporains. Glorifiée en 1550 par l’historien de l’art Giorgio Vasari qui en fait un immense chef-d’œuvre et le symbole du pouvoir de la peinture, elle est connue de tous les amateurs qui en commandent des copies peintes ou en achètent des gravures et des photographies.

Au cours du 19e siècle, la Joconde n’est plus seulement une merveille de la peinture mais devient l’objet d’une fascination. De grands écrivains, tels George Sand, Théophile Gautier, Jules Verne ou encore Oscar Wilde s’émerveillent devant le charme de Lisa et sont envoûtés par son sourire mystérieux.

Les artistes n’échappent pas non plus à l’émerveillement et tente d’égaler voire de surpasser Léonard. Au 20e siècle, ils finissent par moquer ou attaquer le chef-d’œuvre qui en devient toujours plus célèbre.
 

rond-bleu_0
     

On a volé La Joconde

En 1911, à la veille de son vol, la Joconde est très célèbre auprès des amateurs de peinture et des gens cultivés. Son voleur ne l’a pas choisie par hasard.

Mais c’est avec sa disparition pendant plus de deux ans que Monna Lisa devient une image très populaire. L’affaire passionne la presse du monde entier qui reproduit son image à l’infini. C’est le début d’une sorte de « jocondomania » qui existe toujours aujourd’hui.

Hormis ce vol spectaculaire, la Joconde a rarement quitté l’enceinte du Louvre. A chaque guerre (1870, 1914-1918 et 1939-1945), elle est mise en sécurité hors de Paris. En 1963, elle est envoyée, telle une ambassadrice, aux Etats-Unis alors présidés par Kennedy. Enfin, en 1974, elle fait son dernier voyage au Japon puis dans l’ex-URSS.


 
rond-vert_1
    

Jocondomania

Depuis le vol de la Joconde en 1911, l’image du tableau n’a cessé de se répandre à travers le monde. 

Son succès grandit continuellement à partir de la seconde moitié du 20e siècle. Le visage de la Joconde inspire toujours les artistes, notamment dans les nouvelles expressions du land art et du street art. Mais c’est aussi une icône utilisée par la publicité ou reproduite sur des milliers d’objets. Le nom « Monna Lisa » a tout autant de succès. Il sert aux restaurants comme aux salons de beauté, et désigne de multiples choses, telle une variété de rosiers ou de pommes de terre.  

 

   Découvrez-en plus sur l'exposition.

 

joconde-artisans-idees-b
Exposition
Derniers jours !
La Joconde, exposition immersive
Derniers jours : Du 10 mars au 21 août
capture-yeux-joconde
Réservez votre billet !

La Joconde, exposition immersive